Coup de Projecteur

  • infolettre
  • assemblée
  • PST31
Previous Next

don1bnat1b

Rencontres d’une terre solidaire : paroles de partenaires

goupe_eglise213 mars 2010 : il y a foule dans la salle Notre-Dame de Lafourguette pour l’accueil des 3 partenaires du CCFD-Terre venus témoigner  Midi-Pyrénées. C’est nouveau ! Un village associatif nous attend et en petits groupes, nous partons à la rencontre des projets de Bosnie, d’Inde et du Pérou, mais aussi des associations locales invitées autour du thème du partage des richesses : ADIE et SIDI pour le micro-crédit ici et là-bas, IES pour l’économie solidaire, mais aussi les jeunes de So-act de l’IEP-Toulouse pour la solidarité internationale et des Compagnons scouts de France de Toulouse Centre partis au Burkina…

La journée est animée par un journaliste de l’Aveyron, dynamique et  attentif. Autre nouveauté : un repas végétarien original régale nos yeux et nos papilles, grâce au traiteur La Pazz..

L’arbre à palabres permet d’approfondir les témoignages des partenaires :

Les deux partenaires de Bosnie témoignent du difficile travail de réconciliation entre les communautés. Adnan, orphelin

de guerre, a trouvé une grande aide dans l’association où il travaille maintenant ; il vit dans une ville coupée en deux entre croates et bosniens, où les fêtes sont décalées, où les enfants sont scolarisés séparément, où les matches de foot doivent être encadré par une unité spéciale de la police. Youth Initiative for Human Rights organise des activités communes, des marches symboliques de jeunes arborant un tee-shirt au slogan provocateur : « tous différents ! et alors? »

 

Ervin vient d’une ville située dans une enclave serbe dont les habitants ont été chassés. Il a survécu au camp de concentration et à 4 années de combats dans l’armée bosnienne. Il est revenu dans sa ville malgré les destructions et malgré la présence de la même administration serbe qui a tenté d’éliminer les siens et les considère toujours comme des citoyens de «seconde zone».Seuls 20% des siens jusque-là ont tenté l’expérience qui se traduit de multiples difficultés : des coupures arbitraires d’électricité, un empêchement  de participer à la vie citoyenne, le refus de fournir de faire la lumière sur les personnes disparues pendant le conflit...  Son association MLADOST anime des groupes de jeunes des 2 communautés pour des actions simples de nettoyage et d’embellissement de la ville. L’installation d’un cyber-centre pour les jeunes. En projet aussi la reconstruction de l’église détruite ainsi que les 4 mosquées…Quant au soutien  qui pourrait venir des hommes politiques de sa fédération, il est faussé car ils trouvent intérêt à ce que cette zone demeure source de problème pour pouvoir récriminer contre les serbes…Erwin témoigne de sa foi, incitant chaque homme à se tourner vers la lumière pour prendre la nourriture du ciel : «chaque fois que je fais quelque chose de bien, je nourris mon âme et c’est cela qui me donne la force de continuer.»

 Ciro Alcides a été président de la Florida, une coopérative péruvienne de café équitable, créée il y a 14 ans, qui réunit 2500 producteurs dans la région de Juanca, dans la Sierra Centrale. Elle a beaucoup souffert des exactions du Sentier lumineux, qui a tenté de faire disparaître toutes les coopératives paysannes. La Florida a réussi à repartir lentement avec 80 producteurs survivants qui n’avaient pas fui. Le choix d’une production bio, puis du commerce équitable qui permet une meilleure rémunération des producteurs, a donné un autre élan. Ils sont au- jourd’hui 2500 et ont créé un centre de formation pour les agriculteurs et leurs enfants, que le CCFD aide à financer. Ce centre a déjà accueilli 10 promotions d’une trentaine de jeunes. Ces jeunes apprennent à être autonomes par la production de café, l’élevage… La culture du café qui rapporte sur le plan financier est toujours associée à des cultures vivrières. Grâce aux bénéfices, la coopérative a lancé un projet de micro-crédit, elle aide aussi à financer des projets pour améliorer les routes, que l’Etat néglige totalement, mais c’est une nécessité pour le transport du café. Au Pérou, le café n’est d’ailleurs pas un produit très consommé, ni très apprécié. La Florida développe sa promotion avec des dégustations…

La partenaire indienne, Sangeeta, est dalit et vient de l’état d’Orissa, de l’ONG WORD, organisation de femmes dalits et tribales. « Les enfants et femmes de ces groupes sont encore très négligés par la société », dit-elle. Dans son village, on avait tenté d’éliminer les dalits en les coupant de l’accès à l’alimentation et beaucoup étaient morts de diarrhée. Ce drame l’a beaucoup marquée et poussée à s’engager pour les femmes et les enfants de ces groupes. Avec l’aide d’une ONG du Tamil Nadu, elle a pu poursuivre des études de sociologie et a choisi de rejoindre Word où elle a mis en place une 40aine de groupes de jeunesse. Word développe de nombreuses actions : elle a créé une école,  fournit une aide alimentaire,  promeut une médecine naturelle, propose des semences aux agriculteurs…

Mgr Le Gall, archevêque de Toulouse, nous a rejoints en début d’après-midi  et a pris le temps d’écouter chaque partenaire. Aux côtés d’Hélène Cettolo, la présidente régionale du CCFD, il a ensuite lancé les activités de l’après-midi avec un petit mot chaleureux et attentif.

Chaque diocèse va maintenant pouvoir approfondir la découverte des partenaires, qui loin de « la désespérance du monde » construisent « des actions de relèvement »comme le dit Guy Aurenche et témoignent même de l’espérance de la Résurrection.

Françoise Laborde